PHYSIOLOGIE La perturbation du rythme circadien entraine l’obésité

Les hormones appelées #glucocorticoïdes stimulent la production de cellules graisseuses matures. Chez l'homme, les niveaux de glucocorticoïdes augmentent naturellement le matin et tombent le soir, mais le #stress peut également les élever.

Pour étudier la relation entre les taux de glucocorticoïdes et le #gain_de_poids, Mary Teruel de Stanford University en Californie et ses collègues ont injecté des glucocorticoïdes à des souris pendant différents moments de la journée, mais ont donné à toutes les souris la même quantité de nourriture. Les souris ayant reçu l'hormone tard dans leur phase de veille ont pris du poids. Mais les souris injectées juste après s'être réveillées - alors que leurs niveaux de glucocorticoïdes étaient déjà naturellement élevés - ne l'ont pas fait.

Les résultats suggèrent que des taux élevés de glucocorticoïdes à des moments inhabituels de la journée pourraient contribuer à la prise de poids. Cela pourrait aider à expliquer pourquoi le stress et les #cycles_de_sommeil perturbés sont liés à l'augmentation du poids.

Article original: Bahrami-Nejad, Zahra, et al. "A Transcriptional Circuit Filters Oscillating Circadian Hormonal Inputs to Regulate Fat Cell Differentiation." Cell Metabolism 27.4 (2018): 854-868.

#Science #Nature_FE #Métabolisme

par Aissani, B

 

Source: https://www.facebook.com/NatureFE/

 

IMMUNOTHÉRAPIE Les vaccins à base de cellules souches provoquent une réponse antitumorale

 

 

Les cellules souches et les cellules cancéreuses partagent certaines propriétés, ce qui a conduit à l'hypothèse que les cellules souches irradiées pourraient être utilisées comme vaccin contre le cancer.

 

Kooreman, Kim et leurs collègues de l'institut de Biology of Stem Cells and Regenerative Medicine de Stanford University School of Medicine, ont testé cette hypothèse en utilisant des cellules souches pluripotentes induites (CSPi: Cellules adultes traitées pour être des cellules souches). Ils ont d'abord observé que les CSPi humaines et de souris expriment des antigènes associés aux tumeurs et ont ensuite développé des vaccins autologues à partir de CSPi irradiés créés à partir de fibroblastes de souris.

Ces CSPi irradiées et l'adjuvant CpG (Stimulateur de l'immunité innée) ont empêché la croissance tumorale chez les souris qui ont ensuite reçu une injection de mélanome, de mésothéliome ou de cellules cancéreuses du sein. En outre, bien que le vaccin iPSC n'ait pas pu éradiquer les mélanomes établis, l'administration après l'ablation chirurgicale partielle des tumeurs a empêché la récidive. De plus, il a été démontré que la réponse immunitaire était spécifique au cancer, car le transfert adoptif de cellules T provenant de souris traitées par vaccin inhibait la croissance tumorale chez des souris non vaccinées.

 

Aucun effet indésirable n'a été observé, ce qui confirme le potentiel de la traduction clinique.

 

Article original: Kooreman, Nigel G., et al. Autologous iPSC-Based Vaccines Elicit Anti-tumor Responses In Vivo. Cell Stem Cell (2018).

 

#Science #Nature_FE 

par Aissani, B

Source: https://www.facebook.com/NatureFE/photos/a.712827135567900.1073741828.712684908915456/860089437508335/?type=3&theater

 

Les scientifiques ont rapporté dans les années 1980 que les #bactéries pourraient synthétiser le #toluène, mais n'ont pas identifié l'enzyme qui fait le travail.

Pour combler cette lacune, Harry Beller du Lawrence Berkeley National Laboratory de Berkeley en Californie et ses collègues ont cultivé des microbes produisant du toluène à partir d'eaux usées, puis criblé des milliers de protéines de ces #microbes pour identifier les #enzymes les plus susceptibles de synthétiser le toluène.

Ensuite, les auteurs ont identifié des #gènes communs aux bactéries produisant du toluène dans les cultures de lac et d'égout. Enfin, ils ont fabriqué les protéines codées par ces gènes et ont testé les #protéines pour isoler celles qui synthétisaient le toluène.

Les enzymes pourraient un jour être utilisés pour convertir les #sucres à base de #plantes en toluène pour remplacer une partie des 26 millions de tonnes produites par le #pétrole chaque année.

Article original: Beller, Harry R., et al. “Discovery of enzymes for toluene synthesis from anoxic microbial communities”. Nature Chemical Biology (2018)

Source: https://www.facebook.com/NatureFE/

Les scientifiques ont rapporté dans les années 1980 que les #bactéries pourraient synthétiser le #toluène, mais n'ont pas identifié l'enzyme qui fait le travail.

Pour combler cette lacune, Harry Beller du Lawrence Berkeley National Laboratory de Berkeley en Californie et ses collègues ont cultivé des microbes produisant du toluène à partir d'eaux usées, puis criblé des milliers de protéines de ces #microbes pour identifier les #enzymes les plus susceptibles de synthétiser le toluène.

Ensuite, les auteurs ont identifié des #gènes communs aux bactéries produisant du toluène dans les cultures de lac et d'égout. Enfin, ils ont fabriqué les protéines codées par ces gènes et ont testé les #protéines pour isoler celles qui synthétisaient le toluène.

Les enzymes pourraient un jour être utilisés pour convertir les #sucres à base de #plantes en toluène pour remplacer une partie des 26 millions de tonnes produites par le #pétrole chaque année.

Article original: Beller, Harry R., et al. “Discovery of enzymes for toluene synthesis from anoxic microbial communities”. Nature Chemical Biology (2018)

Source: https://www.facebook.com/NatureFE/

خلال تصفحنا للأنترنت لفت إنتباهنا, دراسة نشرت على الموقع الرسمي لمنظمة المجتمع العلمي العربي (على الرابط:منظمة المجتمع العلمي العربي) بتاريخ:02 شعبان 1437 : 09 مايو/أيار2016. إليكم ما جاء فيها